Actualités > Sandra Planchez - SPAAR

« Ouvert au public » , l’expérience Unik
Conférence de Sandra Planchez,
mardi 30 mai, 19h, auditorium
Dans le cadre du cycle "En chantier"

Sandra Planchez

Architecte DPLG, titulaire d’un master d’aménagement et d’urbanisme de l’institut d’études politiques de Paris, Sandra Planchez a d'abord été co-gérante de l’agence Cantin Panchez Architectures.
En 2013, elle fonde sa propre agence, Sandra Planchez Architecte (SPAAR) en collaboration avec le labo des architectes, dont UNIK est le premier bâtiment livré.
Sandra Planchez est par ailleurs maître-assistante à l’école nationale supérieure d'architecture de Paris-Malaquais.
http://splaar.com/

 

 

 

UNIK

En mars 2014, SPAAR remporte le projet « UNIK » sur l’île de Nantes, avec le groupe REALITES promoteur.

« Les objectifs de la SAMOA, de l’agence UAPS sous l’impulsion d’Anne Mie Depuydt et du consultant en environnement Frank Boutté sont clairs et défendus becs et ongles, devant des opérateurs qui ne comprennent pourtant pas toujours très bien pourquoi on ne les laissent pas faire comme ils en ont l’ habitude en secteur diffus. Ici la double question posée était celle de la mixité programmatique et sociale d’une part, et celle de la mutualisation de certains espaces d’autre part.

Le bâtiment livré par la nouvelle agence comprend commerces, activités, bureaux, logements. L’objectif était de faire cohabiter dans le même bâtiment, logements en accession et logements collectifs sociaux, de superposer des activités et des logements et d’utiliser les toits autrement. La création de cet « écosystème social » fut le moteur de la réflexion dans le but de contribuer au développement de la ville durable, celle qui , au delà de normes statistiques, favorise les échanges et une cohabitation raisonnée et assumée et une dynamique d’usages tout au long de la journée. »

 

Ouvert au public

« Cette présentation devant les étudiants de l’ensa Nantes est l’occasion de raconter bien sur l’aventure UNIK, mais au delà de cela, de s’ interroger ensemble, sur l’ évolution du contexte de la commande et de la maîtrise d’œuvre. De réfléchir au rôle de l’architecte dans notre société, de la place qu’il occupe et de son statut face aux donneurs d’ordre de plus en plus liés à la loi de la finance et du marché.
Cette logique comptable, statistique, économique, matinée de normes et de réglementations parfois incongrues, est souvent plus forte que la volonté de construire pour tous, durablement, des bâtiments de qualité en particulier dans le logement.

Il faut toute la force et la volonté du politique pour faire bouger les lignes et permettre aux architectes, en les accompagnant, de produire une architecture bien pensée, bien dessinée et bien construite. »