Actualités > Gwénaël Delhumeau

Les Rendez-vous [compte ] / Labo utile

Coproduits par la  MRA (Maison Régionale de l’Architecture des Pays de Loire), l’ensa Nantes (école nationale supérieure d’architecture de Nantes) et le Lieu Unique (dans le cadre du "Labo utile") les « Rendez-vous [compte] »  sont l'occasion de débats et d’échanges entre l’ensemble des professionnels qui participent à l’acte de construire, les étudiants et, bien sûr, les amateurs d'architecture.

« L’architecture invente-t-elle le meilleur des mondes ? » est la question posée au cours de cette saison 2016/2017 en écho à l'exposition "Mégastructures" coproduite par le Centre Georges Pompidou et le Lieu Unique : nouveau regard posé sur plus de soixante
ans d’architecture.

« Qu’entend-on par Mégastructures ? Ce concept architectural définit depuis la fin des années cinquante une vision prospective de l’environnement bâti et des paysages industriels qui le traversent. L’idée qu’il véhicule attire le projet d’architecture du côté d’une « utopie concrète », dans un monde hors échelle, une ville-monde, où toutes les fonctionnalités se superposeraient au « programme » de la Cité moderne. La démarche exploratoire où les Mégastructures prennent source envisage l’architecture comme une chance de refondation où elles mettraient ainsi en travail un projet de société et pourraient conduire le mouvement moderne à reposer la question de l’humanisme.
Les Mégastructures construiraient en somme quelque chose comme les icônes critiques et renouvelées de ce couplage si difficile à penser entre l’homme et l’industrie. Ce qu’elles contribuent à saisir alors serait le geste technique comme amorce d’une transformation de l’environnement. Elles produiraient ainsi l’image d’une activité de relation entre l’homme et son milieu. C’est peut-être à cette échelle – de la vie et des dynamiques d’adaptation de la culture – qu’il faut aborder aujourd’hui la question des Mégastructures : une démarche, ses ruses et ses stratégies. »

Aurélien Lemonier, commissaire

Programme

15 décembre 2016 ensa Nantes : Pierre Jacques Olagnier
21 février 2017 lieu unique : Christophe Le Gac
14 mars 2017 lieu unique : Pargade et Art & Build
25 avril 2017 lieu unique : Sebastien Pluot + Spécial Guest - Annulé
09 mai 2017 ensan Nantes : Berdaguer et Pejus - Annulé
18 mai 2017 lieu unique : Gwénaël Delhumeau

Infra, méga, méta : les f igures de la démesure

Concepteur de la gare du Nord à Paris, Hittorf réalisait en 1844 un singulier projet : retournant comme un gant la surface de la terre, il offrait là le moyen de s’approprier d’un seul regard le monde à l’intérieur duquel on pénétrait pour en atteindre le centre.
Le spectacle produit par la lumière traversant la sphère de son Géorama était saisissant. Son projet, éphémère pavillon sur les Champs Élysées, se faisait monde dans un intrigant dispositif architectural. La terre sur laquelle il était fondé, ce  projet l’ingérait : il en figurait la conquête dans un édifiant jeu d’échelle.
Pareil principe guiderait un siècle plus loin nombre de projets réunis au sein des mégastructures dans une période de transformations sans précédant d’un monde qui achevait alors de se globaliser.

Commissaire avec Aurélien Lemonier de l’exposition Mégastructures. Dimensionner l’avenir, les figures de la démesure, présentée au lieu unique jusqu’au 21 mai, Gwenaël Delhumeau revient sur quelques figures de projets qui dessinent, en plein ou en creux, le paysage architectural ainsi redéployé à l’occasion des quarante ans du Centre Pompidou.

Gwenaël Delhumeau

Maître Assistant à l'école nationale supérieure d'architecture de Versailles, et chercheur au LéaV (laboratoire de l'école d'architecture de Versailles) où il est membre de l'équipe CAT (Culture, Architecture Technique) Gwenaël Delhumeau enseigne l'histoire et les cultures architecturale.
Ses travaux de recherche, autour de la notion de matériau, portent sur la question des territoires et réseaux techniques, et engagent plus globalement la relation entre matière, espace et temps du construit.
Sa HDR en cours (Paris I, Antoine Picon) est consacrée au thème Architecture et industrie : technique, éthique et politique.
Dans le cadre des actions du laboratoire, il poursuit entre l’ENSA-V, les Grands Ateliers de l’Isle d’Abeau et le Groupe Vicat, un programme pluriannuel de recherches et d’expérimentations consacré aux bfup.
Il était en 2008 conseiller scientifique de l’exposition Pol Abraham architecte au Centre Pompidou (F. Migayrou).